blog-post-img-205

Destino, un film d’animation de Walt Disney et Dali

   Non, vous ne rêvez pas! je vais bien vous présenter un film d’animation, issu de la rencontre surréaliste (ahah… pardon) entre deux géants (fantômatiques?.

    D’une part, la rencontre n’est pas si improbable (je ne la fais pas deux fois celle-là) que cela, Dali, artiste alors surmédiatisé, et Walt Disney, génie de l’animation, s’estimaient mutuellement. Le projet, Destino, sans doute un des plus ambitieux de Disney, doit cependant avorter en 1946 en raison de difficultés de financement: il ne subsiste alors que le story board né de cette collaboration et quelques secondes d’animation. En 1999, Destino est exhumé par le neveu de Disney (décidément une histoire d’amour entre la famille Disney et Dali) ; il en confie la réalisation au français Dominique Monfrey, aidé  du dessinateur qui avait travaillé sur le premier projet, John Hench, mais aussi de notes de la femme de Dali. Après une projection au festival du film d’animation d’Annecy en 2003, Disney avait prévu de sortir le film en fanfare, avec des extraits du story board original, un documentaire avec des images et films d’archive de la rencontre entre les deux génies et de l’histoire du projet… mais en réalité, la sortie commerciale fut confidentielle (ce qui explique que vous l’ayez raté) ; on ne peut acheter le DVD que sur le site de la fondation Dali, mais par contre on peut allègrement le visionner sur Internet, donc profitons-en de ces 7 minutes de plaisir :

    Le film conte l’histoire d’amour impossible entre une mortelle et Chronos (dieu du temps, thème si cher au peintre). L’animation soignée d’un Disney s’associe à l’univers créatif et délirant de Dali pour produire un chef d’œuvre du film d’animation de 6 minutes, un moment de beauté et d’onirisme surréaliste. Je le recommande particulièrement aux amateurs de Dali qui pourront ainsi réaliser un fantasme en s’immergeant complètement dans l’œuvre du peintre. Destino est habité par le peintre, le film est peuplé de toutes les créatures que l’on a pu découvrir dans ses toiles (femme tiroir, insectes étranges…). Celles-ci s’animent dans un décor surréaliste, lunaire, où l’on retrouve les structures architecturales étranges et gigantesque imaginées par le peintre, ou encore les fameuses montres molles. Destino n’est pas un simple dessin animé mais bien un tableau vivant du maître.

 

Articles similaires:

Pas de commentaire

There are no comments in this article, be the first to comment!

Leave a Reply

Rules of the Blog
Do not post violating content, tags like bold, italic and underline are allowed that means HTML can be used while commenting. Lorem ipsum dolor sit amet conceur half the time you know i know what.