blog-post-img-390

Le pixel art sort du numérique (2/2)

Le Pixel Art dépasse largement le seul cadre des codeurs babacools new-yorkais et leurs considérations technologico-ethico-politico-ecologico-economicico-et j’en-passe-et-des-meilleurs, que nous avons vu dans la première partie.

Il dépasse même le simple cadre de la création numérique pour s’exporter progressivement dans tous les mouvements culturels (pas seulement la culture geek), et entrer dans les pratiques de création artistique.

Le Pixel Art envahit le monde réel

Montages photos et vidéos

Le pixel, élément de base du monde virtuel n’est plus cantonné à l’univers du numérique et envahit notre société.

Cette interaction monde réel et virtuel est très présente dans le pixel art. Notre coup de coeur va à Jehrin Miller, ce photographe et graphiste retravaille ses polaroïds en ajoutant des personnages pixellisés.

Par Jehrin Miller

Par Jehrin Miller

Mike tyson’s punch out par Aled Lewis

Illustration par Retronoob en référence au premier Donkey Kong

 

 

 

 

 

 

 

On retrouve une démarche analogue dans les vidéos des Knutssons narrant les aventures de Mario dans notre monde réel : le pixel est ici figuré par des perles de repassage, le tout animé en stop motion.

Le pixel envahit l’espace urbain

Play Time à la station de métro Thorildsplan à Stockholm

Les street artists participent à la colonisation effective de l’espace urbain par le pixel. On ne présente plus le célèbre frenchy Invader dont les sprites, tirés du jeu Space Invaders sorti en 1978 se sont répandus tel un virus hackant l’espace urbain, et même maintenant l’espace tout court. Celui-ci a en effet envoyé ses mosaïques dans l’atmosphère au moyen de ballons gonflés à l’helium. A Nantes, Waldo et Chili WC perpétuent cet art de la mosaïque geek. A Stockholm, une station de métro a été entièrement redécorée façon mosaïque 8-bit dans un style très proche de celui de notre compatriote, par l’artiste suédois Lars Arrhenius.

Pixel -lego- Art, street art et impression 3D

Pixel -lego?- Art, street art et impression 3D

Mais la mosaïque n’est pas l’apanage de tous les street artists inspirés par le Pixel Art ; toutes les techniques du street art sont représentées, des plus traditionnelles aux plus novatrices.

Gameboyone utilise l’arme la plus traditionnelle du street art, la bombe et le pochoir pour ses héros de jeux 8-bit, les sapins (de Mr Sapin, ça s’invente pas!) sont en lego ou duplo. Pixel Phil manie les stickers aussi bien que l’humour noir tout en s’éloignant des personnages traditionnels du jeu vidéo. Les sculptures et autres installations de Kelly Goeler confèrent de la poésie à ces trottoirs new-yorkais grisâtres. Une démarche analogue, bien que moins arty et plus high tech, avec Greg, il a créé pour le coin d’une marche abîmée une sorte de « prothèse » en partie en légo, qui s’emboîte parfaitement sur l’originale. Ses secrets de fabrication sont dévoilés sur son tuto, un scan par photogrammétrie, un peu de modélisation, et une imprimante 3D.

Street Art par Pixel Phil

Dans les rues de New York, installation de Kelly Goeler

Sonic par Gameboyone

 

 

 

 

 

 

 

De façon beaucoup plus conventionnelle (et légale!), le pixel s’exporte au bureau, entre collègues. L’été dernier, La Post It War opposant deux entreprises de Montreuil (le célèbre studio Ubisoft et BNP Paribas) a été médiatisée et relayée dans le monde entier (cocorico). Le mouvement a fait des émules puisque le phénomène s’est rapidement répandu dans tout Paris : EDF, l’IFOF, la Société Générale… Une émulation collective, un renforcement de la solidarité entre collègue, le Pixel Art au bureau est très bénéfique pour la culture d’entreprise, la bonne ambiance au bureau et avec un peu de chance… une comm’ gratuite alimentée par les médias ravis d’avoir à relayer un phénomène de société !

Y’a -t-il peut-être de quoi attiser à nouveau cette guerre en cette rentrée 2012 avec l’initiative de l’université de Jussieu? Les étudiants ont habillé la tour Zamansky haute de 90 mètres d’une immense fresque.

Cette vitalité est attestée par d’autres étudiants, cette fois ci des Gobelins, qui ont travaillé sur une application Pix my street permettant de tagger l’environnement urbain avec des sprites, le tout en parfaite légalité grâce à la réalité augmentée.

La popularité du Pixel Art dans la culture pop

Dans notre précédent article, nous avions vu que le Pixel Art puisait énormément dans la culture populaire. La réciproque est également tout à fait valable, et pas uniquement dans le street art.

La musique

La musique s’empare du phénomène du Pixel Art, nous livrant des clips inattendus et drôles. Michel Gondry réalise le clip de la chanson Fell In Love with a girl tout en legos pour les White Stripes en 2001.

En 2002 c’est le groupe suédois Junior Senior qui, pour leur chanson « Moving Your Beat », adopte un style pixellisé très minimaliste. En 2006, Helsinski in architecture (australien celui-là) fait appel au Pixel Art pour le clip complètement délirant de « Do The Whirlwind ». Une piste : le nom du groupe à l’origine était The Pixel Mittens.

En 2007, c’était Dj Shadow pour sa chanson « This Time ».Plus récemment, le clip du groupe Goldfish réalisé par Mike Scott est un petit bijou de pixel art, une vidéo loufoque truffée de références à la culture geek et aux jeux vidéo.

Encore plus trash (réservé 18+ tout de même), avec le clip réalisé par Jérémie Périn de la chanson Truckers Delight de Flairs : âmes sensibles s’abstenir.

La BD

Les pixels se sont également exportés dans la BD, donnant naissance à un genre à part entière le Sprite-Comic : ces BD mettent en scène des sprites de jeu vidéo, récupérés sur le web, ou créés manuellement (plus rare), le tout dans un environnement graphique forcément très jeu vidéo, et sont en règle générale diffusés gratuitement sur le web. Bob & George Comic par NW reprend Megaman : j’en connais un qui va trépignerchez Mod&Wa.

Le très drôle Super Oor’s World de Jonathan Silvestre reprend les codes du Sprite-Comic, sans en être vraiment, puisque les personnages sont une totale invention de l’auteur.

Par le même auteur mais plus proche de la BD classique, bien qu’en Pixel Art, nous vous conseillons également Kill the Legend.

Des auteurs de BD « classique » se mettent également au pixel art comme Jibé qui après s’être illustré en ligne puis avec un premier album Sans-Emploi dans un style très classique, s’attaque au pixel avec Basse Def : il faut dire que le scénario s’y prête tout particulièrement, deux geeks se retrouvent transportés et piégés à l’intérieur d’un jeu vidéo.

Vêtements, goodies, design & Co

Sac à main Paul Smith, illustration du colectif Eboy

Le pixel se retrouve sur tous types de supports. Mugs, tee-shirts, porte-clefs, posters, puzzles, dessous de verre, tapis de souris ou encore plaques de chocolat, le Pixel Art a ses goodies. On retrouve ainsi les réalisations de Eboy sur des coques d’iphone, des chaussures et sacs à mains, des jouets… ou encore des paquets de céréales.

Les créateurs de mode ont également adopté le pixel. Au Japon, la créatrice Kunihiko Morinaga a réalisé toute une colection pour la marque Anrealage, inspiré du pixel.

Chaussures à talon, pour la marque Anrealage

Le Pixel Art inspire également la déco.

Papiers peints ou stickers, mobilier, le pixel entre dans nos intérieurs.

Certains designers proposent des objets originaux rendant hommage au pixel à l’instar de cette poubelle réalisée par BrittLiv.

Le lego, devenu un matériel moderne et design, est utilisés par des designers ou des décorateurs d’intérieur pour construire des meubles, des cloisons ou des escaliers… une bonne idée DIY à repiquer, avec accord préalable de vos charmantes têtes blondes…

Rampe d’escalier par I BEAM Architecture

Le banc Metaphorical Horizons par Lene Willie

Cuisine par le studio de design parisien Munchausen

Le Pixel Art dans les arts plastiques

Les pratiques artistiques associées au Pixel Art dépassent allègrement le simple cadre des arts graphiques et de la composition numérique, en s’exportant sur des supports plus classiques. Par ce biais, le Pixel Art s’étend de bien des façons à toutes les formes d’art plastique.

Pixel art et peinture

Huile sur toile pour un paysage de pixel

Peintures, sculptures et mozaïques

Scène de chasse par Laura Biffano

Certains artistes peintres choisissent d’utiliser le pixel dans leurs oeuvres.

Si d’aucuns choisissent les thèmes classiques du Pixel Art en piochant dans la culture geek, d’autres s’amusent à détourner des sujets traditionnels de la peinture (natures mortes pour Ashley Anderson, la peinture animalière pour Laura Biffano, les paysages pour Olivier Masmonteuil), ou encore à détourner des classiques de la peinture comme Nicolas Moreau.

Peinture et Pixel ArtAvec sa série « Pixels », il reprend des tableaux de grands maîtres. Il aspire ainsi à créer un pont entre la peinture et ce qu’il appelle le 6ème continent, soit Internet. Pour ceci, il les renomme en leur donnant un titre en adéquation avec son sujet afin de mieux expliciter son propos. La Liberté guidant le peuple numérique par exemple fait référence à l’impact des réseaux sociaux sur les révolutions politiques, Les bains turcs version pixels aux amours et libertinages virtuels.

Vous pourrez découvrir encore plus de tableaux en pixel art sur le site artofthepixel.

Sculpture Pïxel ArtLa sculpture s’est également intéressé au travail du pixel en volume, en somme, une sorte de voxel art.

Il est par ailleurs intéressant que Douglas Coupland qui a réalisé cet orque gigantesque sur le perron du Vancouver Convention Center soit aussi l’inventeur de l’expression « Generation X », au travers d’un roman, qui mettait déjà en exergue la perte de repères et la saturation des médias dont était victime sa génération, ceux là même qui avaient entre 10 et 15 ans dans les années 80 (toujours notre apogée du pixel informatique !). Dans ses travaux postérieurs dont notamment ses QRCode peints pour son exposition Twenty First Century, il s’est également intéressé à internet, au numérique, et à leur relation avec l’art.

A nouveau un sujet animal pour Shawn Smith qui en nous emmenant dans son bestiaire, avec ses sculptures réalisées en bois contreplaqué, part du constat d’une vision tronquée de la réalité qu’on expérimente plus que par le biais du numérique, de l’écran de l’ordinateur ou de la télévision (un paragraphe sur le propos de cet artiste dans cet article).

L’architecture aussi semble être inspirée par le pixel art, même si parfois, les architectes semblent mal assumer cette filliation comme le souligne cet article de geek.com .

building_pixel

Batiment viticole par Santiago Calatrava, Espagne

Pratiques plastiques nouvelles

Mais le pixel art ouvre également la voix à des pratiques artistiques tant novatrices qu’amusantes.

Certains artistes utilisent ainsi pour pixel des éléments familiers ou des objets de la vie quotidienne, et font des compositions à partir de celles-ci, dans la lignée du DIY déjà vu dans notre précédent article.

Une sculpture en lego de Nathan Sawaya

L’utilisation de perles à repasser est courante car facile et peu onéreuse : pour réaliser une composition, on les fixe sur une plaque avec des piques, puis une fois la composition achevée, on fait fusionner les perles entre elles avec un fer à repasser : un loisir créatif peu onéreux, et facile à faire.

Nathan Sawaya maîtrise à la perfection l’art de la sculpture, le tout, à base de legos.

Le mouvement du Rubik’s Cube Art est déjà devenu une vraie discipline, à part entière, et qui a même séduit l’emblématique Invader puisqu’on est tombé sur certaines de ces oeuvres lors de l’exposition Au-delà du street art.

D’autres ont des pratiques plus atypiques qui sont associées, de près ou de loin, à cette utilisation du pixel dans les arts : pour Christian Faur, c’est l’utilisation des crayons-cire, pour Skeplin, ce sont les bouchons peints, David Mach réalise des sculptures (qui n’ont rien à voir avec Le dîner de con) avec des allumettes, Egor Bashakov a fait son autoportrait à base de badges, Flippycatles utilise des dominos.

De l’installation à la performance artistique

Pixelator

Installation aux confluences entre le design et la science, avec une limitation extrême au niveau de résolution, Patroned by Nature (un article complet et la vidéo dans nos colonnes), prend là encore comme thème la nature avec des animations en pixel art et nuances de gris défilant sur un ruban d’une dizaine de mètres au sein de l’atrium du Musée de Sciences Naturelles de Caroline du Nord.

A la frontière entre street art militant et installation artistique underground, Jason Eppkink et Jen Small à New York ont pixellisé en 9 par 5 les écrans qui diffusaient des publicités à la sortie des métros, les changeant en oeuvre abstraite de Pixel Art.

L’artiste Guillaume Reymond, au sein du collectif NOTsoNOISY, choisit comme élément de base pour figurer la brique virtuelle dans le monde réel, l’être humain. Filmées en stop motion, ces performances troublantes font appel à cette fameuse culture du retrogaming : Pacman, Tetris mais aussi Space Invaders pour ce projet intitulé Game Over.

Le Pixel Art et l’art contemporain

Le Pixel Art dépasse le simple cadre des arts graphiques et touche l’ensemble des pratiques artistiques, des plus traditionnelles aux plus loufoques (d’aucuns diront novatrices!). Ce n’est donc pas un mouvement anecdotique, il tire ses racines tant dans la culture populaire 8-bit que dans l’histoire de l’art.

Le pixel art dans l’histoire de l’art

Ce qu’on considère aujourd’hui comme du Pixel Art a toujours existé dans l’art. Il renvoie directement à une pratique ancienne et bien installée dans l’esprit collectif, celui de la mosaïque.

Il y a ainsi dans notre panthéon artistique des pixel artists avant-gardistes qui s’ignorent.

Il suffit de regarder ce tableau de Dali de 1975, troublant et incroyablement avant-gardiste. De près, une représentation de Dali mais une fois à distance (le tableau est perché à plusieurs mètres de hauteur), on voit se profiler le portrait d’Abraham Lincoln.

Le mouvement cubiste, les tableaux de Mondrian qui se limitent également en couleur, ou de Klee, l’impressionnisme et le pointillisme, les racines du Pixel Art dépassent de loin la seule apparition de l’informatique.

Le mouvement du Pixel Art s’oppose à l’hyperréalisme, cet enjeu du développement technologique des jeux vidéo est aussi un courant de l’art contemporain particulièrement influent aux États-Unis. Le Pixel Art ne se construirait-il pas en rupture comme le pointillisme avait pu l’être en son temps avec l’académisme ?

Röhrer se demande ainsi si le Pixel Art ne serait pas tout bonnement l’impressionnisme ou le pointillisme du XXIème siècle.

Le pixel art, observateur de la société contemporaine

Cette forme d’art correspond bien aux préoccupations de notre société du XXIème siècle.

Il dépeint une société envahie d’écran, complètement bouleversée par la révolution numérique, dominée par la technologie. L’homme n’expérimente plus par lui-même puisque la découverte du monde qui l’entoure passe par internet et le prisme déformant du numérique. Cette déformation, c’est notamment l’une des questions posée par l’artiste Daniel Rozin au travers de son installation interactive Wooden Mirror.

Internet crée une société virtuelle : échanges financiers, rencontres amoureuses et communautés en ligne. Cette société numérique est parfois en opposition avec notre organisation sociale réelle: libre échange totale, plus de limitations morales ni même réellement de loi… Le Pixel Art est alors un mode d’expression privilégié pour décrire cette ambivalence entre réel et virtuel et s’interroger sur l’évolution de notre société.

Pixel Art dans l’art contemporain

Ces thématiques sont contemporaines et symptomatiques de notre époque. Aussi on les retrouve très souvent dans les travaux des plasticiens, tenants de l’art contemporain, qu’il utilisent ou non le pixel comme mode d’expression.

Progression de 8 pixels pervertis par Angela Bulloch

Les Fractals Flowers, une réalité virtuelle autonome

Lors de notre visite de l’exposition Turbulences, deux oeuvres étaient consacrées au pixel : les pixels pervertis d’Angela Bulloch et les pixels liquides de Miguel Chevalier (des pixels évoluant de manière autonome avec lesquels le spectateur peut interagir) sont deux oeuvres très différentes mais qui interrogent encore, chacune à leur manière, la société contemporaine.

Miguel Chevalier, qui questionne la validité de la frontière entre réel et virtuel, naturel et artificiel, et qui revendique une esthétique hybride a créé de très nombreuses oeuvres autour du pixel : Pixels Liquides, Power Pixels, Pixels Snow, Vague des Pixels…

Néanmoins, comme l’art numérique, le Pixel Art est très peu exposé et reste très souvent ghettoïsé dans des musées ou des expositions, qui lui sont uniquement consacrés. Mais peut-être est-ce justement sa contemporanéité, son ancrage dans la réalité présente, qui nuit à sa reconnaissance par les impétrants de l’art.

I shot Andy Warhol

I shot Andy Warhol

Pourtant le Pixel Art a des assises culturelles populaires larges, tel qu’en témoigne son utilisation dans la communication et la publicité atteste de cet engouement.

Le lien de filiation entre le Pop Art et le Pixel Art apparaît dès lors évident : même assise populaire, même ancrage dans la société de consommation (au travers de l’industrie vidéoludique et de la culture geek), même détournement d’icônes (bon certes Mario n’est pas Marilyn…), même affranchissement des hiérarchies et frontières stériles entre culture populaire et élitaire.

Parricide? Le jeu vidéo de Cory Arcangel (hommage au zapper de la NES) propose de tirer sur Andy Warhol tout en évitant le papy de KFC, le pape ou encore le rappeur Flavor Flav.

Le Pixel Art est un mouvement plus complexe qu’il n’apparaît formellement. Il trouve ainsi ses sources tant dans l’histoire de l’art que dans l’apparition des jeux vidéo. Il ne touche donc pas uniquement les graphistes et créateurs de jeux, mais bien l’ensemble des pratiques artistiques. Il répond également à des préoccupations sociales et trouvent des échos dans des mouvements culturels très actuels : le Do It Yourself et son pendant technologique, le low tech par exemple, le pop art (qui prônait une absence de hiérarchie entre culture populaire et élitaire), la culture populaire, vidéo-ludique.

Le pixel est devenu un mode de représentation du monde, attestant de l’influence du numérique et d’internet sur nos modes de vie, notre culture et notre société.

La plupart des artistes ayant leur blog, nous vous invitons à être curieux et aller y flâner pour découvrir l’ensemble de leurs travaux.

Vous pouvez également vous documenter sur Pixel Art ² , un site très complet et incontournable, sur le sujet, où vous retrouverez des informations supplémentaires sur la plupart des artistes que nous avons cités (et plus encore), et où vous pourrez vous tenir informés des dernières actualités du mouvement.

Articles similaires:

Un commentaire

Leave a Reply

Rules of the Blog
Do not post violating content, tags like bold, italic and underline are allowed that means HTML can be used while commenting. Lorem ipsum dolor sit amet conceur half the time you know i know what.