blog-post-img-286

Pix my street : pixel, street art et réalité augmentée

Le pixel art, c’est un des dadas récurrents de ce blog. Le street art… aussi. Et les nouvelles technologies… de même. Une application qui réunirait tout ça… et bien, c’était forcément fait pour nous plaire.

Pour leur projet de fin d’études, une joyeuse équipe composée de 5 étudiants des Gobelins a imaginé avec panache cette application, dont on a eu le privilège de voir la démonstration à l’occasion du Happy Cube Day.

Pix My Street n’est pas une énième application gadget qui une fois téléchargée, est sitôt oubliée.

Réalité augmentée, géolocalisation, technologie mobile, réseaux sociaux, ce jeu de social gaming est tout à fait dans l’ère du temps et pourrait très rapidement réunir de nombreux adeptes. Financé grâce à une collecte sur ulule, le jeu a attiré l’attention sur le net et est attendu avec enthousiasme; il a déjà son site et sa fanpage sur facebook (à liker de toute urgence http://www.facebook.com/PixMyStreetHome)

Bientôt disponible sur l’AppleStore, Pix My Street permet de créer en pixel art très facilement (la simplicité de création est une des règles du Pixel Art). Nul besoin d’être un graphiste expérimenté ou un dessinateur de génie. L’application fonctionne également comme un réseau social, on peut échanger ou partager ses créations entre pixel artists en devenir, créant une véritable communauté d’artistes numériques.

Pix My Street est donc un véritable générateur d’échanges artistiques, susceptible de susciter de nouvelles vocations voir de faire émerger de nouveaux artistes. Ce type d’initiative pourrait contribuer à populariser considérablement le pixel art, auprès d’un public plus jeune ou moins adepte de retro gaming que ne le sont les graphistes de Mod&Wa.

Une fois vos « pix » créés, vous devrez vous glisser dans la peau d’un street artist ; à l’instar d’Invader, il vous faut tagger l’espace qui vous entourent et exposer vos créations à la vue de tous : dans la rue, chez vous ou encore dans la maison de vacances de Tante Yvonne. Si votre tante n’est pas fana du street art, aucun problème puisque vous avez apposé sur la façade de la maison familiale un tag virtuel (à moins que tata ait un smartphone!).

Plus vous déposez vos « pix » appréciés (grâce un système de like) ou plus vous vandalisez « blacktag » les créations des autres que vous avez pu géolocaliser, plus vous gagnez de points…

On imagine aisément d’épiques batailles de « pix » pour un mur du bar, rendez-vous incontournable de tous vos amis, ou encore dans les locaux de votre entreprise : Mod&Wa déclarera bientôt les hostilités ouvertes entre ses graphistes sur la façade de son atelier… de quoi occuper les pauses café !

Ce genre d’initiative contribue à démocratiser le street art et à populariser le pixel art, mouvement graphique et artistique en plein essor. Pix my Street crée un nouvel art numérique, à la frontière entre différentes pratiques artistiques.

Moins retro et franchement moins illégal, le pixel et le tag rentrent dans le rang. Et ceci, non sans leur enlever un peu de charme…

Les street artists qui s’exposent de plus en plus dans les galeries d’art vont bientôt devoir remiser leurs bombes de peinture pour leurs smartphones.

Retour donc sur une pratique en voie d’extinction avec Invader :

 Si ça contribue à populariser et à légitimer deux mouvements marginaux de l’art et du graphisme, et bien chez Mod&Wa, on prend.

En plus, on risque franchement de devenir rappidement accro !

Articles similaires:

Pas de commentaire

There are no comments in this article, be the first to comment!

Leave a Reply

Rules of the Blog
Do not post violating content, tags like bold, italic and underline are allowed that means HTML can be used while commenting. Lorem ipsum dolor sit amet conceur half the time you know i know what.